La semaine de 4 jours : comment c’est qu’on fait ?

On ne peut vraiment pas dire que j’étais enclin à un retour à la semaine de 4 jours. J’étais plutôt du genre à vouloir conserver les TAP pour le bien-être des enfants mais sous une autre formule… Mais, il faut s’adapter au choix de la majorité et trouver une organisation qui convienne aux grands et aux petits. Dans ce domaine, pas de recette miracle. J’ai donc ouvert en grand mes écoutilles lorsque je rencontrais des parents pour essayer de lister les différentes organisations mises en place.

1 – « Pas de problème : Papy et Mamie vont les garder »

Ce que j’appelle : le « ménage à trois » idéal. Les grands-parents vont s’en donner à cœur joie, les parents sont des plus rassurés, et les enfants savent d’avance qu’ils pourront faire passer leur « Papy et Mamie » par des petits trous de souris. A profiter sans modération !!!

2- « De toutes façons, cela ne change rien pour moi, je ne travaille pas le mercredi ».

Quelle chance ! Le parent qui a son mercredi libéré pourra passer du temps de qualité avec ses enfants mais aussi… jouer au chauffeur entre les différentes activités extrascolaires, passer des heures dans les rayons de l’épicerie pour faire les courses de la semaine, avancer les devoirs. Allez j’avoue j’aimerais bien aussi avoir cette possibilité 😊

3- « Le matin au centre, l’après-midi à la maison…  J’ai pu faire évoluer mes horaires de travail et me libérer le mercredi pm »

Dans certains cas, les parents ont demandé un temps partiel ; dans d’autres les employeurs se sont montrés flexibles et acceptent des ajustements d’horaire. Ainsi, tout le monde s’y retrouve.

4– « Chez nous, c’est la plus grande qui va garder les petits »

J’avoue que c’est une bonne solution pour responsabiliser les ainés et leur démontrer notre confiance. Plusieurs parents laissent même des “to-do list” à faire pour s’assurer que les journées ne se passent pas devant un écran.

5- « Ben chez nous, ce sera centre de loisirs toute la journée »

La réalité de nombreux parents qui travaillent à temps plein et qui n’ont pas d’entourage à proximité pour garder les zouzous.

6- « Nous avons pris une super nounou ! »

Grâce aux aides de la CAF et aux réductions fiscales, les prestations de gardes d’enfants à domicile sont très accessibles. Pour l’expérimenter à titre personnel, j’avoue que c’est une alternative très sécurisante et économique lorsque l’on a un enfant de moins de 6 ans : idéal donc pour les enfants en maternelle. Il existe de nombreuses entreprises de garde d’enfants à domicile, mais bien sûr mon cœur penche pour Nounou ADOM (#Ilovemyjob)… Nos super héros méritent une super nounou !

7 – Et pourquoi pas la garde partagée ?

Dans la lignée de la garde d’enfants à domicile, la garde partagée est une solution des plus intéressante que ce soit pour le développement des enfants ou encore pour le portefeuille. Le principe est simple : deux familles font garder leurs enfants (maximum 4) en alternance à leur domicile. L’idéal est bien sûr de pouvoir trouver une famille avec des enfants du même âge et le même style de vie. La garde partagée est déjà très utilisée dans les grandes villes comme Paris ou Lyon et peut s’adapter à tous les âges des enfants notamment les moins de 3 ans ou encore les plus de 6 ans, et bien sûr dans toutes les communes de France 🙂

 

De notre côté, nous avons opté pour la version « Centre de loisirs toute la journée ». Il faut dire que nos familles habitent de l’autre côté de la France et nous avons tous deux un travail à temps plein plutôt prenant. Mais ce qui nous rassure c’est que nos enfants ne rechignent pas à aller au centre et s’éclatent comme des petits fous !

Et vous, pour quelle solution avez -vous opté ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.