Première grosse punition ; un vrai crève-coeur !

Il y a des soirées que l’on préférerait oublier, et pourtant certaines situations sont nécessaires. Pitchounette est en plein dans son “Terrible Two“. Globalement, nous ne sommes pas à plaindre : elle est câline,  curieuse (pourquoi ? c’est quoi ça?),  a une imagination fertile (on va probablement la surnommer Jeanne d’Arc car elle entend régulièrement des choses bizarres comme ses amis lorsqu’on va vers la garderie… oui, elles les entend de loin, elle montre même son oreille quand elle nous le dit !),  est très attentionnée vis-à-vis de son frère… Mais quand cela se corse, notre petite princesse se transforme en véritable petite démone : des cris stridents, des grands “nooooooon” qui semblent n’avoir jamais de fin, des larmes, des pincements, des claques, des tentatives de morsures, des bouderies, tout y passe. Ah oui, j’allais oublier la traditionnelle figure dite du “Pitchou’Ver” : Pitchounette se glisse ventre à terre, cache sa tête dans ses bras croisés sur le sol et chigne ! Pas toujours facile à gérer, et puis hier soir, il y a eu la goutte d’eau.

En fait, depuis une couple de semaines, on se dit avec mon amoureux que l’on n’est peut-être pas assez ferme… Faut dire que mon coeur de maman Bisounours prend souvent le dessus !

Donc hier soir, Pitchounette était à table pour le souper, son moment préféré pour les bêtises : pieds sur la table, renversement du verre d’eau, repoussage de l’assiette, refus de tel ou tel aliment (pour au final, le manger pareil). Bien souvent, à la fin du repas, Pitchounette s’amuse à “nettoyer” en poussant les aliments à l’extérieur de l’assiette et à chaque soir, on remet le tout dans l’assiette en disant “ce n’est pas bien.. si tu continues, tu ne regarderas pas les étoiles du dodo !
Hier soir, c’était la fois de trop ! À peine avait-elle commencé à manger que les aliments ont commencé à voler à l’extérieur de l’assiette : un grain de quinoa par ci, un morceau d’abricot par là… puis ce fut par grosses cuillerées que les aliments s’échappaient de l’assiette sous l’impulsion réjouie de Pitchounette. Premier avertissement “si tu refais cela une fois, tu montes te coucher sans souper!“… Quelques secondes s’écoulent avant un autre vol plané d’aliments ! C’était la fois de trop ! Pitchounette est montée dans sa chambre : au dodo sans manger ! (Ne faites pas les gros yeux, elle avait picoré du fromage et des abricots secs en rentrant de la garderie).

J’ai pris l’initiative de la monter moi-même dans sa chambre et de la coucher. C’est une situation vraiment crève-coeur mais c’était plus que nécessaire. Bien évidemment, nous avons eu droit à des cris, des appels “au secours” comme seuls les enfants savent les faire (vous savez les “maman, chaud!”, “maman, soif!”, “maman, la poule”, “maman, peur du nounours), mais il a fallu tenir bon. Après 2 heures de discussions parents-enfant, de câlins, de chansons, de négociations, d’histoires, Pitchounette a fini par s’endormir.

Aujourd’hui encore, je me sens mal. J’ai l’impression d’avoir été une vilaine maman. En me regardant dans la glace hier soir, j’avais même peur d’y voir le reflet d’une vilaine sorcière, vous savez celle avec un gros grain de beauté sur le nez ! Je sais au fond de moi que nous avons eu raison de tenir bon. On n’a de cesse de nous dire qu’il est très important de poser nos limites et de les faire respecter, mais il est où le mode d’emploi qui explique comment les parents peuvent faire pour ne pas se sentir mal après une punition ????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *